Les perles africaines

Vous avez dit coquettes ?

Elles le sont sûrement, les femmes en Afrique, apprêtées de leurs multitudes bijoux en perles.
Depuis des millénaires, ces perles habillent la vie des africains de leurs couleurs et de leurs matières diverses. Hommes, femmes, enfants, tous ont un jour ou l’autre eu recours à ces parures plus ou moins précieuses.
Mais quel est donc le secret de fabrication de ces objets précieux dont les femmes africaines raffolent ? Pâte de verre, coquillages, corail naturel, bois, os, corne, ou des pierres fines comme l’agate, la turquoise ou encore des minéraux comme la serpentine ; aucune matière n’effarouche les créateurs. Les perles sont portées avec fierté sur tout le corps selon les occasions et les besoins de ses aficionados.

Culture et tradition sont riches et variées en Afrique. Bien que différentes d’un pays à l’autre, elles ont toutefois et bien souvent d’ailleurs en commun la célébration de la vie et la transmission des coutumes ancestrales. En cela, les perles constituent un merveilleux canal par lequel voyagent les connaissances et le savoir. Elles sont très prisées pour les baptêmes, les mariages, les funérailles. Autant d’évènements marquants de la vie où seront mises en valeur des perles de circonstance, probablement héritées d’un parent qui les aura, lui aussi, portées auparavant dans sa vie. Toute une histoire !

Pour les mettre en valeur, le corps dans son ensemble se prête facilement au jeu. Le cou, les poignets, les chevilles ou les oreilles, tout cela peut être orné et coloré par un choix sans limite de formes, de matières, de couleurs. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges et pour toutes les bourses. Ainsi, pour les femmes qui savent en jouer, les perles font également office d’un fabuleux atout de séduction lorsqu’elles sont nouées autour des hanches. Qui saurait y résister ?

Partout en Afrique de l’Ouest, du Nigéria en Côte d’Ivoire, en passant par le Togo, petit pays de l’Afrique de l’Ouest, on trouve plusieurs espèces de perles, dont les secrets ne sont aujourd’hui connus et transmis que par une petite catégorie d’experts de ce patrimoine, mais aussi par quelques véritables passionnés. ‘Tomé gblenti’, ‘Azagba’, ‘Azekpe’, ‘Cacambè’ ou encore ‘Soèvi’ spécifique aux circoncisions ; voici quelques noms emplis de force de caractère donnés à certaines de ces perles utilisées, entre autres, par les royautés ou lors des grandes fêtes traditionnelles. Malheureusement, étant donné la valeur pécuniaire trop élevée, certaines de ces perles authentiques restent inaccessibles et la plupart est aujourd’hui imitée et reproduite pour être vendues à des prix plus abordables.

Malgré le temps qui passe, les perles continuent d’occuper une part importante dans la tradition et la culture du continent africain. Elles rythment les étapes importantes de la vie et font l’identité de tous ceux ou celles qui les portent. Il est alors évident que ces beaux atours susciteront encore longtemps autant d’engouement.

X